DUNEA Presentation

1 - POUVEZ-VOUS IDENTIFIER LE RÔLE ET LES MISSIONS DE VOTRE ORGANISATION ?

La mission de DUNEA - Agence de développement régional du comté de Dubrovnik-Neretva est de parvenir à un développement durable de la région ainsi que d'améliorer et de coordonner les activités de développement existantes conformément aux objectifs stratégiques de développement de la région, de la République de Croatie et de l'Union européenne.

2 - POURQUOI PARTICIPEZ-VOUS AU PROJET WINTER MED ?

Le patrimoine historique et naturel unique de la région de Dubrovnik-Neretva requiert une attention particulière de notre équipe en matière de planification stratégique et de développement.  Par conséquent, le futur plan de développement stratégique de la région 2021- 2027 est axé sur l'amélioration de l'économie des îles et des conditions de vie de leurs habitants, en fixant des objectifs à long terme qui n'entraînent aucune forme de dévastation de cet espace exceptionnel, mais respectent les valeurs économiques, sociales, environnementales et culturelles de la destination.

 

Au cours des dernières années, un grand nombre de projets européens liés au tourisme durable ont été mis en œuvre dans la région. Il s'agit d'une activité que nous souhaitons renforcer encore davantage dans nos travaux futurs.  La saison touristique de l'île est actuellement extrêmement courte, confrontée à une forte pression de visiteurs pendant la période de pointe de la saison, de mi-juin à mi-septembre. Cela nécessite une gestion habile pour éviter les conséquences négatives de cet impact et pour préserver le patrimoine culturel et naturel de l'île. En participant au projet WINTER MED, nous souhaitons répondre aux défis majeurs auxquels nous sommes confrontés, développer un tourisme durable tout au long de l'année, et réduire les effets de la saisonnalité. 

 

 

3 - QUEL EST LE POIDS ÉCONOMIQUE DU TOURISME POUR VOTRE RÉGION ?

Le secteur du tourisme est le secteur économique le plus important de notre région, avec la plus grande part de valeur ajoutée dans l'économie et l'emploi régionaux. Le tourisme a également un fort effet multiplicateur sur les activités commerciales connexes telles que le transport, la construction, l'immobilier, l'agriculture et autres. 


L'activité touristique dans notre Région affiche une croissance continue, mesurée par le nombre d'arrivées et de nuitées.  De 2009 à 2019, le nombre d'arrivées de touristes a augmenté de 128%, et le nombre de nuitées de 83,6%. Le taux de croissance annuel moyen était de 9,6 % pour les arrivées, et de 7,0 % pour les nuitées. Le nombre annuel de touristes dans la région de Dubrovnik-Neretva, avant la crise COVID - 19, en 2019 était de 2.285.774 arrivées, et de 8.974.206 nuitées. Ce sont des indicateurs exceptionnels de la dynamique de croissance de la destination. Selon les statistiques, 95% de toutes les nuitées se réfèrent à des touristes étrangers, ce qui est légèrement supérieur à la moyenne nationale (92%).

Nous accueillons également chaque année environ 800 000 visiteurs en provenance de bateaux de croisière. Il s'agit d'un apport extrêmement important pour notre économie, mais qui provoque en même temps d'importants embouteillages et des problèmes de gestion des foules sur les sites historiques.

4 - QUELLES SONT LES PÉRIODES DE FORTE FRÉQUENTATION TOURISTIQUE ?

La saisonnalité distincte du tourisme est l'une des caractéristiques bien connues de la région de Dubrovnik-Neretva. Certaines localités, comme la ville de Dubrovnik, la municipalité de Župa dubrovačka et la municipalité de Konavle, ont réussi à prolonger considérablement la durée de la saison touristique, d'avril à fin octobre (7 à 8 mois). 

En revanche, pour un certain nombre d'endroits (îles isolées, zones rurales), la saison touristique est très courte. Elle commence à la mi-juin et se termine à la mi-septembre (environ 3 mois).

 

 

5 - QUELS PROJETS OU ACTIONS AVEZ-VOUS MIS EN ŒUVRE POUR RENDRE LE TOURISME PLUS DURABLE ?

Dans notre région, il existe un besoin constant de préserver les caractéristiques de l'environnement afin d'améliorer l'authenticité des expériences touristiques. 

 

Par conséquent, nous planifions le développement de la région conformément à la stratégie de développement du tourisme 2012-2022.  En nous appuyant sur les modèles de gestion des destinations durables, nous avons défini le cadre de développement stratégique et les modèles de croissance, le plan de développement des produits, les segments de marché et les lignes directrices, les projets de compétitivité, etc. 

 

Nous travaillons en permanence sur l'aménagement du territoire régional en tenant compte des caractéristiques naturelles et culturelles spécifiques de notre destination. Nous développons des programmes tels que la protection de l'architecture traditionnelle, des cadres procéduraux, des programmes de contrôle de la construction et des normes de restauration du patrimoine, ainsi que des programmes de surveillance et de protection du patrimoine naturel, etc.

 

Nous participons et dirigeons de nombreux projets nationaux et internationaux liés au thème du tourisme durable, tels que :

 

« Well-O-live " - Expérience de bien-être à travers les Routes de l'Olivier en Europe 

Le projet crée un réseau transnational reliant des acteurs privés et publics de sept pays européens (Bulgarie, Croatie, Finlande, France, Grèce, Italie et Espagne), tous engagés à développer un modèle innovant pour concevoir, gérer et promouvoir des produits thématiques de tourisme rural axés sur le marché et sur les activités de bien-être à travers les Routes de l'Olivier. Les activités du projet se déroulent sur l'île de Korcula.

 

« Hiking Europe " - Découvrir l'Europe rurale par les sentiers de randonnée

L'objectif principal est de promouvoir un réseau transnational de routes touristiques rurales structurées en plusieurs itinéraires de randonnée à travers l'Europe. Le partenariat rassemble 8 membres de 6 pays différents de l'UE : Espagne (Catalogne), Italie (Emilie-Romagne), Croatie (Dubrovnik-Neretva), Irlande (Donegal), Autriche et Allemagne.

Au total, cela représente 1.170 km d'itinéraires de randonnée dans 4 pays différents de l'UE. Les régions participantes se réunissent dans l'intérêt commun de développer une approche alternative au tourisme de masse, basée sur le modèle "Soleil et sable" ou sur une grande concentration de visiteurs dans des lieux spécifiques (villes, etc.). Les activités du projet en Croatie se sont déroulées sur la péninsule de Peljesac et l'île de Mljet.

 

« Attraction touristique rurale éducative, culturelle-ethnographique " - C'est le programme de développement intégré basé sur la restauration du patrimoine culturel, qui vise à créer une destination de tourisme culturel intégrée qui comprend certaines zones rurales et éloignées dans la Région liées à un produit touristique unique. Le projet comprend les activités de restauration des biens culturels jusqu'à l'accès numérique au patrimoine culturel.  Les emplacements de certaines activités de construction et de restauration mises en œuvre sont sur les îles Mljet et Korcula.


La région de Dubrovnik Neretva a entrepris plusieurs actions différentes pour promouvoir certaines parties de notre région à travers des routes thématiques - "Peljesac - L'empire du vin" et "Neretva - La vallée de la vie".

6 - AVEZ-VOUS MIS EN PLACE DES OUTILS DE SUIVI DE LA DURABILITÉ DU TOURISME ?

Le tourisme dans la région de Dubrovnik-Neretva est inégalement développé. La destination touristique la plus dominante et la plus développée est la ville de Dubrovnik et les municipalités limitrophes (62 % de l'activité touristique). D'autre part, dans certaines parties de la région, principalement sur les îles éloignées et à l'intérieur des terres (zones rurales), malgré un potentiel important, le tourisme est encore peu développé.

Par conséquent, dans les zones moins développées, en raison de contraintes financières, nous ne disposons toujours pas d'un outil de suivi de la durabilité du tourisme. D'autre part, la ville de Dubrovnik a développé divers programmes/actions, principalement pour réduire l'impact négatif d'un grand nombre de touristes en été, et pour préserver le centre historique de Dubrovnik.

7 - AVEZ-VOUS DES MOYENS DE RÉDUIRE LES IMPACTS NÉGATIFS SUR L'ENVIRONNEMENT, LA CULTURE, LA SOCIÉTÉ ?

Les principaux impacts négatifs sur l'environnement de la région de Dubrovnik-Neretva liés à l'activité touristique sont : la pollution due au trafic maritime intensif, l'élimination des déchets, la construction excessive, les eaux usées et les déchets marins.  Bien que la qualité de la mer soit jugée extrêmement bonne, le problème des déchets marins flottants a augmenté ces dernières années. La zone des îles du sud de la région de Dubrovnik-Neretva (Mljet, Korčula, Lastovo) et la péninsule de Pelješac sont particulièrement touchées par les déchets plastiques. 

Actuellement, le centre de gestion des déchets de la région de Dubrovnik-Neretva est en cours de construction. Cet important projet, financé par les fonds de l'UE, améliorera considérablement le tri, le recyclage et la réutilisation des déchets dans notre région.  En coopération avec l'université de Dubrovnik et des organisations environnementales internationales, nous participons à de nombreux projets liés à ce sujet. Les projets récents portent sur le développement de technologies innovantes de traitement des déchets marins.  Nous gérons et protégeons également 40 zones protégées de la nature afin de préserver l'authenticité de l'environnement de la région de Dubrovnik-Neretva.


La consommation liée au secteur culturel dans notre Région est essentiellement axée sur l'exploitation commerciale du patrimoine culturel, principalement en termes de tourisme. En revanche, on s'interroge sur la pérennité des ressources culturelles locales, telles que la création artistique, la production culturelle, la coopération culturelle internationale, etc. 

Pour garantir une croissance responsable et durable, nous avons développé des activités qui permettront de relier la culture à l'art contemporain et aux industries culturelles et créatives en termes de présentation et d'interprétation, ainsi que de promouvoir davantage les événements culturels d'hiver afin de réduire l'effet de saisonnalité, d'encourager l'entrepreneuriat culturel et de renforcer la recherche et la valorisation du patrimoine culturel, en particulier dans les zones rurales de la région.

8 - QUELLES MESURES PRÉCONISEZ-VOUS POUR ASSURER UNE CROISSANCE RESPONSABLE ET DURABLE ?

Pour assurer une croissance responsable et durable dans notre région, nous recommandons les mesures suivantes :


  • améliorer les normes de qualité des installations d'hébergement (principalement les hôtels) dans les zones touristiques moins développées
  • fournir un soutien plus important aux zones moins développées ; investissements supplémentaires dans les transports et les infrastructures de base
  • promouvoir l'importance du développement durable du tourisme
  • renforcer la conscience environnementale de tous les acteurs du tourisme
  • poursuite du développement de la gestion des destinations régionales
  • améliorer la qualité de l'enseignement dans le domaine du tourisme
  • continuer à encourager le développement de types de tourisme spécifiques (rural, gastro, culturel, santé, nautique, etc.).
  • améliorer la disponibilité des services touristiques tout au long de l'année (vols d'hiver, etc.). 

 

 

 

9 - QUELS MÉCANISMES DE GOUVERNANCE PROPOSEZ-VOUS ?

Pour assurer une croissance responsable et durable, nous recommandons le modèle inclusif de gouvernance. Le tourisme durable dans notre région nécessite la participation de toutes les parties prenantes des différents secteurs, mais aussi un leadership politique fort. 

 

Pour assurer la durabilité à long terme du tourisme, nous devons établir un équilibre entre plusieurs dimensions :


  • parvenir à une utilisation optimale des ressources environnementales, en préservant les processus écologiques essentiels et en protégeant le patrimoine naturel et la biodiversité.
  • respecter l'authenticité socioculturelle de la destination, le patrimoine culturel et les valeurs traditionnelles de la communauté, et contribuer à la compréhension et à la tolérance interculturelles.
  • garantir que les activités économiques sont durables et à long terme, et qu'elles apportent des avantages sociaux et économiques à toutes les parties prenantes.